Recrutement en cour
Derniers sujets
» Fermeture du forum et tuto pour créer votre compte sur la nouvelle plateforme
Mar 26 Juin - 13:44 par mcmarie

» A2 indésirables
Jeu 21 Juin - 10:23 par Thalestris

» Horreur
Sam 16 Juin - 21:05 par ninidu6275

» Metal
Sam 16 Juin - 20:36 par ninidu6275

» Trombinoscope
Sam 16 Juin - 15:32 par ninidu6275

Avancée PvE 100% Korrigan

Background Finnigan partie 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Background Finnigan partie 1

Message  mcmarie le Sam 10 Mar - 0:28


Prologue

Le soleil était brûlant, le fond de l'air chaud et humide. La canicule faisait rage depuis 8 jours déjà et sous les frondaisons, à l'ombre du Lacis, gisait un corps massif, animé de spasmes, dégoutant de sueur et de sang, répandant tout autour de lui une odeur de fer, forte et puissante, attirant les charognards peu à peu.

On entendais, presque imperceptible, un couinement, faible, lointain, un râlement triste et perdu. Des pas, toujours loin, une démarche pataude, des pas, non, un trottinement, lourd et loin, encore si loin...

L'odeur du sang avait massé autour du corps une dizaine de raptors qui s'en approchaient prudemment, quelque chose clochait, décidément, avec cette proie pourtant si facile, étendue là inerte, secoué et baignant dans son sang, ce sang qui attisait la faim des sauriens et les poussaient, aux aguets, vers ce repas qui leurs avait été offert. Malgré cette faim qui les tenaillaient et leur instinct de tueur qui les enivraient, les bêtes restaient massées autour du corps sans toutefois osé s'en délecter, une aura puissante se dégageait encore de l'homme étendu au pieds des arbres, si puissante et...féroce.
Le trottinement se rapprochait, doucement, à pas feutré, inégal toutefois, avec un rythme faux. Le couinement avait, lui, cessé, seul restait le son de l'homme agonisant et celui des raptors, sifflant entre eux devant ce festin sanguinolent. L'un d'eux, n'en pouvant plus malgré la peur qui le retenait depuis la découverte du corps, n'écoutant que son estomac et ses sens mis en éveil par l'odeur âcre et ferreuse du bain de sang devant lui, s’élança avec un cris perçant sur sa proie, laissée là par un prédateur encore plus puissant qu'eux, pour eux.

Au même moment, un grondement sourd retentit, profond et grave et, fendant l'air d'un seul bond, une mâchoire puissante se referma sur le museau du reptile, lui arrachant les chairs et raclant les os. On entendais à présent les cris strident du raptor, roulant dans sa gorge, se noyant dans son sang, et ce grondement, encore et toujours, qui n'en finissait pas, et des crocs acérés qui claquent et mordent, faisant un carnage.

Les autres sauriens apeurés par cette soudaine intrusion meurtrière et toujours méfiant face au corps qui se tortillait encore par terre, dans des convulsions atroces, reculèrent à bonne distance avant de prendre leur pattes à leurs cous et de rejoindre leurs nids, loin très loin...

Le cadavre inanimé du raptor, gisait, baignant dans un amas de sang et de tripes, bouillie gluante et pestilentielle. À coté de lui, trempé du sang de celui-ci, les crocs rouges et les yeux noirs encore fou de rage, un gigantesque mastiff Gilnéen reprenait son souffle, haletant et toujours grognant, à l'affût d'un potentiel second ennemis, qui ne vint jamais.

Après plusieurs minutes, le dogue, blessé à la patte arrière gauche, alla, d'un trottinement claudiquant, se coucher auprès de l'homme, à présent inerte, mais respirant encore. Pendant des heures, jusqu'à ce que le soleil disparaisse derrière les contre-flancs rocheux des Tarides, par delà la mer, et que la canicule étouffante fassent place à une brise fraîche, le chien resta collé à son maître, tantôt léchant ses propres plaies, tantôt celles de son maître, qui malgré son inconscience et sa quasi morbidité, semblait s'entêter à ne pas mourir...

La nuit s'était installé depuis un bon moment déjà mais les nuages cachaient la lune, seul de timides rayons bleutés parvenaient à se frayer un chemin à travers les épais cumulus qui s'amoncelaient au nord, annonçant un orage très prochainement. Au beau milieu de la nuit, au coeur même des ténèbres environnants, le dogue veillant toujours, le vent se mis à souffler, crier, si fort et si férocement qu'il n'y avait plus aucun doute, une tempête allait bientôt éclater. Le chien, secouer par les rafales qui s'engouffraient au coeur même du Lacis, était affublé de tremblements, il était transit de froid à présent et s'acharnait encore à tenter de garder son maître vivant, sous lui, en le protégeant du vent glacial et humide.

Les nuages se mirent soudain à vagabonder de plus en plus loin vers le sud, vers eux, laissant place un peu plus souvent à quelque timides rayons de lune, jusqu'à ce que les cumulus se trouvent rapidement au dessus de leurs têtes, laissant toute la place, au nord, à l'astre nocturne. Lorsque les rayons pénétrèrent avec une force et une brillance étonnante la cime des arbres, se frayant un chemin jusqu'au sol, jusqu'à l'homme, le mastiff sus que quelque chose se passait...
Une chaleur suffocante, bouillante, envahit le sous bois et le canidé dus reculer de plusieurs mètres pour ne pas que ses chairs ne fondent en un instant, ne laissant de lui qu'un tas de graisses fumantes. Le corps de son maître gisait là, au beau milieu des flammes qui étaient sorties de on ne sais où, on aurait presque dit de l'auto combustion. Aussi vite qu'elles étaient venues, les flammes disparurent, le corps n'avait brûlé que quelques secondes et à sa place montaient un nuage de fumé, noire comme de l'encre. Une odeur de poils roussis empestait l'air tout autour et prudemment le dogue s'approcha pour voir ce qui restait de son maître...

Alors qu'il enfonçait le bout du museau dans l'épaisse brume d'encre, un hurlement glacial qui vous transperce l’âme et vous fouette les sangs, retentit et le mastiff le ressentit jusqu'au plus profond de son être encore plus qu'il ne l'entendit avec ses oreilles. En lieu et place du corps de son maître était debout, haut et imposant, d'un gris pâle et argenté, presque bleuté, métallique, un homme loup...Un worgen...Les oreilles en charpies, tout comme celles de son maître suite à l'attaque vicieuse dont il avait été victime, les yeux d'un bleu froid mais puissant, tout comme son maître jadis, et exaltant une odeur, celle du cuir tanné et de l'huile de cerf, la même que celle de son maître, Finnigan...

À suivre...


_________________________________________________
Cybelya a écrit:sortez de chez vous, allez prendre l'air, regardez le ciel et écoutez les petits oiseaux chanter...

Forum Aurore
avatar
mcmarie
Admin
Admin

Messages : 181
Date d'inscription : 21/09/2010
Age : 32
Localisation : St-Jérôme,Québec,Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Background Finnigan partie 1

Message  mcmarie le Sam 31 Mar - 13:03


_________________________________________________
Cybelya a écrit:sortez de chez vous, allez prendre l'air, regardez le ciel et écoutez les petits oiseaux chanter...

Forum Aurore
avatar
mcmarie
Admin
Admin

Messages : 181
Date d'inscription : 21/09/2010
Age : 32
Localisation : St-Jérôme,Québec,Canada

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum